Qui sommes nous ?

Alexis Kabore, Fondateur et Président de l’association Solidarité Plus (ASP) à Zorgho.

Après des études de droit, il travaille pour une ONG qui œuvre pour le développement économique et social. Mais il contracte ensuite le “virus de la politique” et est élu à l’Assemblée nationale. Depuis 2016, il est conseillé juridique au gouvernement.

Nous l’avons rencontré en 1999 lorsqu’il venait de créer une association pour l’appui scolaire des orphelins et pour la lutte contre les épidémies du Sida et de la tuberculose avec des actions d’informations du grand public.

C’est tout naturellement que nous avons mis en commun nos idées et nos énergies. Nous ne l’avons jamais regretté !


Clément Kere, cofondateur de l’ASP et responsable de l’appui à la scolarisation. C’est le bras droit du président !

Après un DEUG en Économie et un Master en planification régionale et aménagement du territoire, il enchaîne les emplois : Chef d’équipe pour le plan foncier rural, chargé d’animation sur l’hygiène et l’assainissement avec suivi et contrôle des ouvrages, assistant d’expert sur l’environnement, conseiller en décentralisation et développement local, coordonnateur du programme régional de gestion durable des terres, superviseur régional pour le centre d’information au sujet du VIH/SIDA et de la tuberculose.

Sa grande expérience et sa maîtrise de la gestion des groupes en ont fait le partenaire idéal et de confiance pour l’encadrement des filleuls.


Sylvie Barbé

Sylvie Barbé, présidente de l’association Burkina.

J’ai découvert le Burkina Faso en 1999, à la fin de mes études d’infirmière alors que je venais tout juste d’avoir 40 ans.

J’avais déjà exercé différents métiers grâce à un BTS (secrétaire de direction, assistante et éducatrice sportive en salle de sport), mais cette nouvelle formation me donnait enfin la possibilité de découvrir le continent africain, grâce à 6 semaines de travail bénévole en dispensaire. Je n’en suis pas revenue indemne et je n’ai eu de cesse d’y revenir avec des amis et des stagiaires infirmières que j’encadrais au niveau logistique. Il y avait tant de possibilités d’aide que j’ai repris l’association des étudiants pour pérenniser les actions. Encouragée par le Rotary club qui m’a décerné le Prix Servir en 2007, j’ai accepté de me lancer dans les parrainages d’orphelins et d’enfants défavorisés. Le partenariat avec les amis de Zorgho a rendu cela possible et leur reconnaissance associée à celle des enfants est le moteur de ma motivation.