Réunion des filleuls le 14 février 2021

La rencontre mensuelle des filleuls s’est tenue le 14 février au siège de l’association à partir de 9 heures 15 minutes. Elle était présidée par « Tonton Clément » ( surnom choisi par tous les filleuls).

L’ordre du jour de la rencontre était le suivant :

  • Les bulletins de notes du 1er trimestre ;
  • Divers.

Au premier point de l’ordre du jour, il s’agissait de collecter tous les bulletins de notes des filleuls et de faire le point aux parrains/ marraines. Eu égard aux perturbations du calendrier scolaire, les activités scolaires ne sont plus harmonisées comme à l’accoutumée. Pour cela, il a été demandé à chaque filleul de récupérer et d’apporter son relevé de notes à cette rencontre.

Dans le « Divers », les filleuls ont souhaité que la sortie touristique soit au programme des activités du groupe cette année. Il faut rappeler que l’an passé elle n’a pas été réalisée à cause du contexte sanitaire qui a conduit à la fermeture des écoles en plein milieu du second trimestre.

Un circuit constitué de deux sites a été proposé si l’activité est adoptée ; il s’agit des mares aux crocodiles sacrés de Bazoulé et de Sabou.

Pour info, à Sabou, les crocodiles sont plus d’une centaine et vivent dans une mare depuis des siècles. Pour avoir sauvé la vie de leur ancêtre chasseur, les descendants de la famille Kaboré et tout le village de Sabou, vénèrent ces crocodiles. « Ces crocodiles représentent les âmes des descendants de la famille Kaboré à Sabou », affirme le guide depuis 1989. Aujourd’hui ces « autres habitants » de Sabou constituent une véritable attraction touristique. Au bord de la mare, un poulet suffit à les faire sortir de l’eau pour une partie de photos. Il est possible de poser à côté d’un crocodile ou de soulever sa queue sans aucun risque. A Bazoulé, c’est une autre légende qui est à l’origine : au XIVe ou le XVe siècle, des crocodiles auraient guidé les villageois qui vivaient dans un univers de sécheresse vers une source d’eau. Les femmes faisaient des dizaines de kilomètres pour aller chercher de l’eau. Un jour, elles ont vu deux crocodiles qui se suivaient, elles les ont suivis et ils leur ont montré un étang. Les villageois ont organisé une fête pour célébrer et remercier les reptiles. Depuis lors, chaque année, fin octobre, une fête nommée “Koom Lakré” leur est dédiée. A Bazoulé, l’animal qui effraie ailleurs est devenu le totem sacré du village, un protecteur. Les crocodiles sont représentés comme l’âme des ancêtres. S’ils meurent, ils sont enterrés et bénéficient des funérailles, comme si c’était des êtres humains . 

En réponse à cette proposition, la condition de participation a d’abord été rappelée à tous : le mérite sur la base de la moyenne du second trimestre. Après, nous avons fait comprendre aux filleuls que la réalisation de cette excursion est liée à la disponibilité des ressources financières. Et enfin, qu’au regard de l’émulation que cette activité produit, l’association avec l’accompagnement des parrains/ marraines s’efforcent de la réaliser chaque année.

Par ailleurs, Fidèle, KABORE et Alimata ZANGRE ont dit leur souhait de bénéficier d’un soutien alimentaire par leur inscription à la cantine scolaire de l’établissement. Sonia KABORE, quant à elle, souhaite prendre part aux cours de soutien organisés par certains enseignants de son établissement.

Enfin, il nous a été rapporté que Loubabatou OUEDRAOGO a réussi à un concours et a été déplacée à Ouagadougou pour prendre part à une session de formation entrant dans le cadre de l’exécution de ses futures missions. Aucune information n’est disponible ni sur la structure, ni sur la filière de formation, encore moins le domaine d’action de la structure. Il semblerait qu’elle aurait, après son admission, payer des frais pour la formation. Ses parents nous ont confié qu’ils avaient confiance en la structure et connaissaient d’ailleurs un des membres de la structure. Mais nous, nous doutons fortement de la crédibilité de ladite structure.

Après épuisement de l’ordre du jour, la séance a été levée à 11 heures.

Réunion des filleuls le 10 janvier 2021

La traditionnelle rencontre des filleuls initialement prévue pour le 4 janvier 2021 s’est finalement tenue au siège de l’association le 10 janvier 2021 à partir de 9 heures. Ce report est lié au contexte difficile de deuil que vit le chargé de l’appui à la scolarisation de l’association. Les sujets abordés au cours de cette rencontre étaient :

  • Présentation des vœux ;
  • Distribution des pièces de rechange des vélos ;
  • Répartition des vêtements reçus de notre partenaire Association Burkina de Toulouse ;
  • Les résultats scolaires du premier trimestre ;
  • Divers

Cette rencontre étant la première de la nouvelle année 2021, il est logique de souhaiter la bonne et heureuse année et de présenter les vœux aux filleuls. Ainsi, le président de l’association Alexis KABORE, s’est naturellement prêté à ce jeu.

Les vœux émis peuvent être résumés comme suit, Santé (éloigner la maladie des filleuls, notamment la COVID-19 qui perturbe le calendrier scolaire), Succès (gravir les différents niveaux de l’échelle par les filleuls pour traduire leur reconnaissance aux marraines/ parrains) et enfin la Paix (dans les familles et le pays) qui, sans laquelle, les filleuls ne pourront pas aller à l’école. Après les vœux, le président s’est retiré car son programme du jour était très chargé. Il a donc passé la direction de la rencontre à Mr KERE pour aborder les autres points inscrits à l’ordre du jour.

Alors, les pièces de rechange pour vélo ont été remises aux filleuls conformément aux besoins exprimés lors de la dernière rencontre. Au total, 34 pneus, 34 chambres à air, 4 selles et 2 chaînes pour vélos ont été distribués. A la suite des pièces de rechange pour vélo, des vêtements reçus de l’Association Burkina de Toulouse ont été distribués aux filleuls. Nous en profitons pour dire MERCI aux familles généreuses de Toulouse qui ont fait ce don. Pour chaque vêtement, sac ou chaussure distribué, le tirage au sort a été le mode opté pour désigner le filleul bénéficiaire.

Concernant les résultats du premier trimestre de cette année scolaire, les filleuls ont répondu avoir été évalués. Conformément au réaménagement du calendrier scolaire suite à la perturbation due à la COVID-19, la fin du 1er trimestre 2020- 2021 est fixée au 16 janvier 2021. Ainsi, les bulletins de notes ne seront pas disponibles avant cette date.

Dans les « Divers », les filleuls ont demandé la reprise de la sortie touristique au profit des meilleurs élèves cette année. Ils disent que l’organisation de cette sortie engendre une saine concurrence entre eux ; ce qui amène les uns et les autres à se surpasser.

Pour la tenue scolaire, tous ceux qui s’étaient inscrits ont confirmé qu’ils ont reçu leurs tenues du tailleur avec qui le contrat de confection a été négocié et ils en sont satisfaits. Quelques retardataires sollicitent l’indulgence du chargé de l’appui à la scolarisation et souhaitent disposer eux aussi de tenues scolaires. Il s’agit de : SOUDRE Alain, ZANGRE Alimata, Michelle (venue après la rencontre).

Enfin, trois élèves ont demandé l’autorisation et l’appui financier pour prendre part au cours de soutien (répétiteur) en sciences physiques et chimie organisé dans leur établissement par leurs professeurs. Ce sont :

  • OUEDRAOGO Loubabatou en classe de Terminale D : frais de participation 10000 FCFA/ Trimestre
  • ZANGRE Alimata en classe de 1ère D : frais de participation 10000 FCFA/ Trimestre
  • KABORE W. Fidèle en classe de 2nd C : frais de participation 5 000 FCFA/ Trimestre

L’autorisation leur a été donnée pour participer à ces cours de soutien pour améliorer leur niveau dans la matière citée.

Sinon, Abdul Gafarou, Aguirata et Rasmata Bila inscrits en faculté nous ont rendu visite pour cette réunion car malheureusement, avec la sévère perturbation du calendrier académique due à la covid, ils n’ont pas encore commencé les cours…

Synthia qui s’est mariée l’an passé et qui a eu un bébé entre-temps est venue également nous saluer.

L’ordre du jour étant épuisé, la séance a été levée à 14 heures dix minutes.

Réunion des filleuls le 8 novembre 2020

La traditionnelle rencontre des filleuls s’est tenue au siège de l’association le 08 Novembre 2020 à partir de 10 heures.

Les sujets évoqués lors de la rencontre étaient les suivants :

  • Les besoins scolaires,
  • Divers.

Au premier point de l’ordre du jour, il s’agit d’identifier, après les fournitures reçues le mois dernier, les besoins des filleuls pour la suite de l’année scolaire.

Ceux-ci se traduisent en termes de tenue scolaire, de pièces de rechange pour les vélos et de livres scolaires.

Dans Divers, il nous a malheureusement été rapporté la fugue de ZANGRE Edouard qui a abandonné l’école pour les sites d’orpaillage… Cela nous a permis d’aborder le sujet avec les enfants et de les mettre en garde.

De nouveaux filleuls dans le besoin sont proposés à l’association Burkina et nous attendons votre validation.

Il s’agit de Michele en classe de 6ème, Natacha au CM2, Samson en 4ème et Alimata en 1ère dont nous vous avions parlé l’année passée.

Pour info, les bacheliers de la précédente année scolaire découvrent les difficultés liées à leur nouvelle vie sur la capitale :

Marina a commencé les cours dans un institut de « transport et logistique »,

Abdul gafarou a été orienté en pharmacie et va bénéficier de la bourse nationale, les cours n’ont pas encore commencé,

Aguirata est inscrite à l’UFR sciences exactes et appliquées dans la filière maths-physique-chimie-informatique et les cours n’ont pas non plus démarré.

La rencontre a pris fin à 13 heures 30.

Lettre aux parrains

Zorgho le 18 août 2020

Chères marraines et chers parrains,

Nous voici une fois encore au seuil d’une nouvelle année scolaire. Et comme d’habitude, c’est avec un très grand plaisir que nous vous adressons ce mot afin d’avoir de vos nouvelles, de vous dire encore notre grand merci et enfin de vous donner de nos nouvelles au plan scolaire, politique et sécuritaire notamment.

Au plan scolaire, le pays a connu beaucoup de difficultés car au défi sécuritaire, avec la fermeture des classes dans certaines de nos provinces suite aux attaques terroristes, s’est ajoutée la pandémie de la covid 19 qui a entraîné la suspension des cours, avec une forte négociation avec les acteurs sociaux pour les clôtures consensuelles des différentes années scolaires.

C’est ainsi que les examens du Brevet ont pu se dérouler avec un résultat de 50% de succès réalisé par vos 4 filleuls candidats.

Au niveau du Baccalauréat nous enregistrons à ce jour 3 admissions sur 5 avec 2 au second tour.

Pour ce qui est des passages en classe supérieure, les directeurs d’établissement nous demandent d’attendre que l’État arrête le principe avec les partenaires sociaux avant les calculs des moyennes.

Au plan politique, le pays est en précampagne pour les élections couplées (présidentielle et législatives) du 22 novembre prochain. Le pays risque d’enregistrer un nombre record de candidats à la présidentielle, vu les nombreuses manifestations d’intentions.

Au plan sécuritaire, c’est loin d’être la joie. Aux tentatives de susciter des conflits communautaires, les terroristes (plutôt des bandits et autres trafiquants) procèdent actuellement à des tueries sauvages de civils et à des enlèvements de leaders communautaires ou religieux. Le nombre de déplacés internes avoisine le million et tous ne sont malheureusement pas encore pris en charge ni par l’État ni par les ONG internationaux.

Le tableau n’est guère reluisant comme vous le constatez mais le moral est bon et dans la conviction que l’hydre terroriste sera vaincu, les populations sont actuellement en pleine campagne hivernale, laquelle a aussi accusé un mois de retard environ ; Nous osons croire que nous connaîtrons une bonne récolte, des élections paisibles avec des résultats acceptés par tous afin de réaliser l’union nécessaire au combat que nous imposent les terroristes.

Dans l’attente, nous vous réitérons notre gratitude pour les efforts inévaluables que vous consentez en faveur de nos enfants, vos filleuls, dont certains seraient totalement perdus, n’eut été vos très utiles accompagnements.

Puisse le Tout Puissant vous assister afin que cette grande marque de solidarité, d’amour et de partage prospère toujours.

Merci et à très bientôt.

Le président de l’association solidarité plus,

Alexis Kabore

Réunion des filleuls le 3 octobre 2020

Nous sommes très heureux de reprendre nos activités avec les enfants qui, grâce à votre grande générosité, pourront poursuivre leurs études après cette suspension de six mois due à la crise sanitaire liée à la pandémie à corona virus. En effet, notre rencontre de février fut la dernière de l’année scolaire 2019- 2020.

En cette nouvelle année scolaire, qui nous l’espérons ira à son terme, la traditionnelle rencontre avec les filleuls s’est tenue au siège de l’association le samedi 03 octobre 2020 à partir de 09 heures. Elle est la deuxième depuis la rentrée officielle scolaire et académique 2020- 2021. La première organisée à la mi- septembre n’a pas été sanctionnée d’un compte rendu, le Chargé de l’appui à la scolarisation de l’association qui a conduit la rencontre ayant perdu toutes les données dans une situation tragique.

Pour la présente rencontre, l’ordre du jour était comme suit : 1) Les informations générales  2) Les fournitures scolaires 3) Les interviews  4) Divers

Au premier point de l’ordre du jour, il s’agissait de faire un point précis sur les résultats et la situation scolaire de chaque filleul. En Effet, au cours de l’année scolaire 2019- 2020, la quasi totalité des élèves n’a connu qu’une seule évaluation scolaire ; celle du 1er trimestre de 2019.

Pour éviter l’année blanche, le gouvernement a validé par ordonnance l’année scolaire et académique et a donné instruction aux conseils des différents établissements pour délibérer et proclamer les résultats de passage sur la base des notes en leur possession. Il a ensuite demandé au corps professoral de rattraper, au début cette année scolaire 2020- 2021, le retard accusé avant de poursuivre avec le programme de la classe actuelle des élèves.

En outre, il a été rappelé aux filleuls les conditions de cet accompagnement scolaire dont ils bénéficient. De la 6ème à la 3ème, le filleul a droit à un seul redoublement et à l’identique de la 2nd à la Terminale . Exceptions faites pour certains cas particuliers à la demande des parrains compréhensifs… De plus, le filleul a le devoir de participer aux activités du groupe ; avec trois absences consécutives non justifiées, le fautif perd cet accompagnement scolaire.

En dernier ressort, nous avons donné aux nouveaux bacheliers les informations sur les bourses d’études nationales comme étrangères. Nous avons partagé la malheureuse expérience de KABORE Abdoul Gafarou que nous avons appuyé, avec ses 15/ 20 de moyenne générale au Bac, à candidater aux bourses marocaines et tunisiennes pour l’école d’architecture, qui a connu un refus.

Deuxièmement, tous les filleuls présents à cette rencontre ont exposé leurs besoins en fournitures scolaires. Un commerçant de la place a été saisi pour satisfaire ses besoins aux fins de permettre à chaque filleul de commencer les classes dans de bonnes dispositions. Tous les besoins de fournitures ont donc été comblés et un léger stock constitué pour les retardataires ; le paiement se fera dès que l’association recevra les ressources nécessaires.

Après la réception des fournitures, il a été réalisé une petite interview de quelques filleuls pour leur permettre de parler d’eux mêmes.

Dans le point du « Divers » :

KABORE Abdoul Gafarou nous a informé qu’il a été convié dans la ville de Ziniaré pour recevoir un prix dans le cadre de la « journée de l’excellence régionale ». Il a aussi donné l’information qu’il a été orienté dans la filière de pharmacie à l’université Joseph KI- ZERBO de Ouagadougou.

KABORE Marina a annoncé qu’elle a obtenu une bourse d’étude dans une école supérieure « ISTM ». L’école prend en charge les frais de scolarité dans la filière de Transport et Logistique ; mais les frais d’hébergement et de restauration sont à sa charge. Et son cri du cœur est de continuer à bénéficier de ce soutien pour poursuivre ces études.

COMPAORE Rasmata Bila a aussi exprimé son vœu le plus cher pour la poursuite de ce soutien sans lequel elle devra arrêter ses études. Elle était soutenue par une autre association française durant ses études avec qui nous étions en lien conjointement avec l’association de Toulouse, mais cette association a clôturé son activité…

La dernière information a été livrée par notre association à Zorgho. Elle informe les filleuls qu’une plantation d’arbres a été réalisée sur le site du futur centre de santé de l’association. Les élèves inscrits dans le lycée jouxtant le site seront chargés de l’arrosage de ces plants.

En entretien individuel, KABORE Sonia nous a raconté son examen de santé à Ouagadougou où elle a bénéficié de consultations spécialisées, d’examen en imagerie médicale et d’examens biologiques ; un traitement médicamenteux lui a été prescrit. Les divers documents sont en annexe pour sa marraine. A l’issue de ce premier bilan de santé, un second rendez- vous a été fixé dans le mois de décembre pour contrôle, approfondissement et décision.

La réunion a été levée à 13 heures. La prochaine est prévue se tenir le 08 Novembre 2020.

Lettre aux parrains

Zorgho le 18 août 2020

Chères marraines et chers parrains,

Nous voici encore au seuil d’une nouvelle année scolaire. Et comme d’habitude, c’est avec un très grand plaisir que nous vous écrivons pour vous dire encore notre grand merci mais aussi pour vous donner de nos nouvelles au plan scolaire, politique et sécuritaire notamment.

Au plan scolaire, le pays a connu beaucoup de difficultés car avec la fermeture des classes dans certaines de nos provinces suite aux attaques terroristes, s’est ajoutée la pandémie du corona virus qui a entraîné la suspension des cours. D’importantes négociations ont eu lieu avec les acteurs sociaux pour une clôture consensuelle des différentes années scolaires. C’est ainsi que les examens du Brevet et du bac ont pu se dérouler .

Au plan politique, le pays est en précampagne pour les élections couplées (présidentielles et législatives) du 22 novembre prochain. Le pays risque d’enregistrer un nombre record de candidats à la présidentielle, vu les nombreuses manifestations d’intentions.

Au plan sécuritaire, c’est loin d’être stable… Aux tentatives de susciter des conflits communautaires, les terroristes procèdent actuellement à des tueries sauvages de civils et à des enlèvements de leadeurs communautaires ou religieux. Le nombre de déplacés internes avoisine le million et tous ne sont malheureusement pas encore pris en charge, ni par l’État, ni par les ONG internationales. Le tableau n’est guère reluisant comme vous le constatez mais le moral est bon et dans la conviction que l’hydre terroriste sera vaincu.

Les populations sont en pleine campagne hivernale (comprenez en période de récolte agricole), laquelle a accusé un mois de retard environ en raison d’une météo très perturbée.

Nous osons espérer que nous connaitrons de bonnes récoltes, des élections paisibles avec des résultats acceptés par tous, afin de réaliser l’union nécessaire au combat que nous imposent les terroristes.

Dans l’attente, nous réitérons notre gratitude pour les efforts inévaluables que vous consentez en faveur de vos filleuls, dont certains seraient totalement”perdus” n’eut été votre accompagnement.

Puisse le Tout Puissant vous assister afin que cette grande marque de solidarité, d’amour et de partage prospère toujours.

Merci et à très bientôt,

Le président, Alexis Kabore

Réunion des filleuls le 16 février 2020

Le Dimanche 16 février 2020, s’est tenue la rencontre mensuelle des filleuls au siège de l’association à partir de 09 heures, sous la direction de M. KERE Clément .

L’ordre du jour était le suivant :

  • Les résultats de l’évaluation trimestrielle ;
  • La cantine scolaire ;
  • Divers.

Après les salutations d’usage, le premier point de l’ordre du jour a été abordé. Des informations recueillies, il ressort que les bulletins de notes donnant les résultats de l’évaluation des élèves pour le premier trimestre ne sont pas prêts pour la plupart des établissements. Il faut alors attendre quelques jours pour en disposer.

Seuls Alain SOUDRE du Lycée départemental de Boudry a apporté son bulletin et Nassirou OUEDRAOGO du Lycée du Savoir a annoncé que le sien était également prêt ; la direction de l’établissement demande aux parents d’élève de venir récupérer les bulletins.

La cantine scolaire est une opportunité que l’État offre aux élèves avec des repas à coût social. Le problème est qu’elle n’est pas organisée dans tous les établissements scolaires publics et aucun établissement privé n’en bénéficie.

Pour cette année scolaire, elle est opérationnelle dans les établissements bénéficiaires depuis la semaine passée. L’autorisation a été donnée à tous les élèves qui le désirent de s’inscrire et bénéficier d’un repas journalier à l’école.

La liste des filleuls intéressés par la cantine scolaire est en annexe.

Dans les « Divers » les filleuls ayant entendu parler des maladies oculaires ont sollicité une consultation ophtalmologique. L’ophtalmologue du Centre Médical avec Antenne chirurgicale a été saisi et il a donné son accord pour une opération de dépistage le Dimanche 8 Mars 2020.

Par ailleurs, Aguirata KABORE et Loubabatou OUEDRAOGO ont sollicité le paiement des frais du cours d’appui réalisés par leurs professeurs de mathématiques et sciences physiques dont elles bénéficient. Ces frais sont de 4000 FCFA/ mois pour Aguirata et de 2500 FCFA/ mois pour Loubabatou.

Alassane OUEDRAOGO a opté pour un apprentissage de métier en lieu et place de l’enseignement général universitaire. Les deux métiers qu’il a ciblés sont le carrelage et/ ou la plomberie. Des informations à notre disposition actuellement, le coût de la formation diplômante en plomberie sanitaire s’élèverait à environ 160 000 FCFA soit 244 euros ; pour le carrelage, aucune structure ne dispense une formation diplômante ou certifiante.

Pour Sonia KABORE, c’est son pied bot qui le fait souffrir car elle ressent de temps en temps des douleurs vives. Le traitement reçu jusque-là est la prise d’anti inflammatoires lors des crises ; malheureusement, ces crises deviennent de plus en plus fréquentes empêchant Sonia de suivre les cours de manière assidue. La solution pourrait venir d’une consultation médicale auprès d’un spécialiste. Cette consultation peut être estimée à 20 000 FCFA sans les éventuels frais d’ordonnance ou d’examens biologiques.

Il faut aussi signaler que la nouvelle recrue BIRBA Safietou, refuse la photo. J’ai immédiatement demandé de la remplacer pour un nouveau filleul moins capricieux, si vous ne trouvez pas d’inconvénient.

La séance a été levée à 13 heures. La prochaine rencontre est programmée pour le 29 mars 2020 à 09 heures.

Clément KERE

Tableau des demandes d’inscription à la cantine :

Filleuls et filleules Établissement En classe de
COMPAORE Rasmata bila Lycée Naba Koulga Tle A
KABORE Aguirata Lycée Provincial Tle C
KABORE L. Edwige Lycée Naba Koulga 1ère D
KABORE W Fidèle Lycée Provincial 3ème C
KABORE Abdul Gafarou Lycée Provincial Tle D
KABORE Lamoussa Marceline Lycée Naba Koulga 1ère A
KABORE Marina Lycée Naba Koulga Tle A
KABORE Safietou Lycée de Zoungou Tl A
KABORE Synthia Lycée Provincial 3ème
OUEDRAOGO Loubabatou Lycée Provincial 1ère D
SOUDRE Alain Lycée de Boudry 2nd C
Du coton bio au Burkina Faso

Du coton bio au Burkina Faso

Le Burkina Faso inaugure une usine d’égrenage de coton bio

Le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, a inauguré à Koudougou, jeudi 30 janvier, une usine d’égrenage de coton biologique présentée comme la première en Afrique de l’Ouest.

Érigée dans les locaux de la direction régionale de la Société des fibres et textiles (Sofitex), elle va permettre de transformer 130 tonnes de coton graines en fibres par jour, contribuant à consolider la durabilité de la filière biologique et l’autonomisation des femmes, qui représentent 58 % des employés du secteur.

« Le coton biologique est une production qui est en majorité réalisée par les femmes et les jeunes. Et nous avons constaté qu’il y avait une baisse de la quantité produite, parce qu’après la production, l’usine d’égrenage de coton bio n’existait pas, et cela freinait l’élan de ceux qui intervenaient dans le domaine », a expliqué le ministre du commerce, Harouna Kaboré.

« Le coton joue un rôle majeur dans la plupart des économies en Afrique de l’Ouest, car sa contribution est importante dans la formation de leur produit intérieur brut et il participe fortement à la lutte contre la pauvreté en milieu rural », a indiqué le président Kaboré. Selon lui, « le faible taux de transformation de “l’or blanc” limite drastiquement les perspectives de croissance économique et de création d’emplois pouvant être induites par cette filière ».

« Nous devons rapidement entamer le processus de transformation du coton sur place à travers des industries en phase avec les nouvelles technologies, afin de bénéficier des effets induits sur le reste de nos économies », a-t-il estimé. Pour ce faire, a-t-il précisé, les difficultés qui ont jadis entravé la dynamisation de l’industrie textile en Afrique, notamment l’accès au financement et le coût élevé de l’énergie, doivent être résorbées.

Jadis premier producteur de coton, le Burkina Faso, où la production représente 65 % des revenus des ménages ruraux, a été relégué au deuxième plan par le Mali. Au Burkina Faso, 180 000 producteurs récoltent en moyenne 607 000 tonnes de coton graines par an, selon la Sofitex. Sur cette production, la part de coton biologique ne représente que 2 %, soit moins de 12 000 tonnes.

(Article paru dans jeune Afrique.com)

Réunion des filleuls le 12 janvier 2020

La rencontre mensuelle des filleuls s’est tenue le 12 janvier 2020 au siège l’association « Solidarité Plus » sous la direction du Président de la structure à partir de 09 heures 30mn.

L’Ordre du Jour était le suivant :

  • Vœux du président aux filleuls ;
  • Mot de chaque filleul à l’endroit de son parrain/ marraine ;
  • Remise des pièces de rechange des vélos ;
  • Projection d’un film sur la santé de la reproduction.

Au premier point de l’ordre du jour, le Président a, après les salutations d’usage, présenté ses vœux aux filleuls et les a exhorté à plus d’efforts dans les études pour mériter l’accompagnement des parrains/ marraines qui se sacrifient pour eux. Il a ajouté qu’un bon résultat de chacun sera la traduction de leur reconnaissance au parrain/ marraine. Il a émis le vœu qu’à leur tour, les filleuls développeront cette chaine de solidarité née autour d’eux en contribuant à prendre en charge des enfants quand ils entreront dans la vie active.

A l’issue du propos du Président, chaque filleul a prononcé quelques phrases à l’adresse de leurs bienfaiteurs dans de petites vidéos.

Certains filleuls disposent de vélo pour aller à l’école du fait de la distance domicile- école ou de leurs performances scolaires. Après un an d’utilisation continue, certaines pièces s’usent. Sur la base du besoin exprimé par chacun d’eux, les pièces de rechange sont mises à leur disposition.

Les filleuls ont eu droit à une séance de sensibilisation sur la santé de la reproduction dans le film qui leur a été projeté. Avec le film « Dire non franchement vrai » nous avons abordé les thèmes suivants :

  • La grossesse précoce : causes et conséquences ;
  • Le harcèlement sexuel ;
  • Les moyens de contraception : naturel, mécanique et Contraceptifs Oraux Combinés ;
  • VIH/ SIDA : mode de transmission, prise en charge, vivre avec le VIH.

Dans les « Divers », Aguirata KABORE et Loubabatou OUEDRAOGO ont sollicité des ressources financières pour s’acquitter des frais de participation aux cours de soutien organisés par leurs professeurs de sciences physiques et de chimie.

La séance a été levée 14 heures. La prochaine rencontre est programmée au 16 février 2020.

Mafé

Un incontournable…


Ingrédients :

  • 3 oignons
  • 2 gousses d’ail
  • 2 carottes
  • 1 morceau de chou blanc ou de chou chinois
  • 1 petite boîte de concentré de tomate
  • 1 petite boîte de tomates pelées concassées
  • sel, poivre, piment de cayenne
  • 3 feuilles laurier, 1 branche de thym
  • 1 citron vert
  • 2 cubes de bouillon
  • 4 cuillères à soupe de beurre d’arachide
  • 1 kg de viande de bœuf (ou tout autre viande) coupé en gros dés comme pour le bourguignon  

Préparation :

Faire revenir à feu vif la viande de bœuf dans une cocotte avec 2 cuillères à soupe d’huile. Puis retirer les morceaux et les mettre de côté.

Dans la cocotte, faire revenir à feu doux les oignons hachés. Quand ils sont cuits, ajouter l’ail écrasé, les 2 cubes de bouillon émiettés, les tomates concassées, le concentré de tomate dilué avec 3 cuillères à soupe d’eau chaude, le jus de citron vert et les condiments.

Pendant ce temps, découper en fines lamelles les carottes et émincer le chou pour les ajouter dans la cocotte. Poursuivre la cuisson à feu doux 15 minutes et ensuite ajouter la viande pour une cuisson de 30 minutes. Entre temps vous aurez délayé le beurre d’arachide avec un verre d’eau très chaude afin de l’ajouter dans la cocotte. Laisser mijoter.   Servez le mafé avec du riz ou une purée de pommes de terre.

C’est encore meilleur réchauffé le lendemain !

Riz au gras

Le titre est peu flatteur, pourtant, c’est un excellent plat !

Ingrédients :

  • 700 g de viande (au choix)
  • 1 petit chou blanc
  • 2 oignons
  • 4 tomates
  • 3 carottes
  • 1 petite boîte de concentré de tomates
  • 5 cuillères à soupe d’huile
  • 1 gousse d’ail
  • 1 citron
  • 2 cubes de bouillon
  • 5 verres de riz

Préparation : Découper la viande en gros cubes. La faire revenir dans l’huile chaude avec les oignons coupés en rondelles et une gousse d’ail écrasée. Laisser cuire environ 7 minutes puis ajouter les tomates coupées en petits morceaux et le concentré de tomates dilué dans un verre d’eau chaude avec les deux cubes de bouillon émiettés.

Couper les carottes en rondelles, le chou en fines lamelles et les ajouter à la viande avec le jus d’un citron et un litre et demi d’eau. Couvrir et laisser cuire à feu moyen pendant 45 minutes.

Enlever les légumes et la viande et les réserver. Les remplacer par le riz lavé. Laisser cuire 20 minutes à feu doux. Servir le riz et la viande avec les légumes dans un même plat.

Autres possibilités : Si vous avez une épicerie “tropicale” à proximité, vous pourrez ajouter des petites aubergines africaines blanches ou vertes dont le goût n’a rien à voir avec les nôtres ! Un petit piment en fin de cuisson, c’est bien aussi.

Poulet Yassa

Ce n’est pas typique du Burkina, plutôt du Sénégal, mais c’est tellement bon !
 

Ingrédients :

  • 1 poulet découpé en morceaux ou 4 belles cuisses
  • 150 g de moutarde
  • 3 cuillères à soupe d’huile
  • 6 citrons verts ou 4 jaunes
  • 1 kg d’oignons
  • 2 gousses d’ail
  • 1 cube de bouillon
  • 4 feuilles de laurier

Préparation :

Enduire les morceaux de poulet avec 100 g de moutarde. Les placer dans un saladier dans lequel vous ajouterez le jus des citrons et 1/2 citron coupé en fines rondelles, quelques oignons émincés et le laurier. Laisser reposer 3 heures au frais, voire une nuit. Les retourner de temps en temps afin qu’ils s’imprègnent bien du jus des citrons.

Placer les morceaux de poulet sur une plaque allant au four et faire griller le poulet pendant une trentaine de minutes sous le grill du four.

Émincer les oignons et l’ail restant, les faire suer à l’huile d’arachide pendant quelques minutes mais sans les faire griller.

Ajouter les morceaux de poulet grillé, le restant de moutarde et mélanger. Mouiller à l’eau froide jusqu’à hauteur du poulet, émietter les cubes de bouillon et laisser mijoter entre 20 et 30 minutes à petit frémissement.

Rectifier l’assaisonnement avant de servir avec du riz blanc ou de l’igname.

Réunion des filleuls le 15 décembre 2019

Débutée à 9 heures, la réunion avait à son ordre du jour les points suivants :

  • Les besoins des filleuls ;
  • Divers

Deux besoins ont été exprimés par les filleuls :

  • Les pièces de rechange des vélos qu’ils utilisent pour aller à l’école ;
  • Besoins alimentaires.

La saison hivernale n’a pas été reluisante pour tout le monde. En effet, avec les effets des changements climatiques, les agriculteurs ne savent plus quand commencer les semis et bien d’entre eux n’utilisent pas des semences adaptées. Beaucoup utilisent des semences à cycle long ; le temps des pluies s’écourtant année après année, ils ne récoltent pratiquement rien car les spéculations n’arrivent pas à maturité.

De nombreux élèves ne pourront pas se nourrir convenablement d’ici à la mi-mars. Ils sollicitent alors leur inscription à la cantine scolaire pour être dans de bonnes conditions d’études.

Pour les pièces de rechange des vélos, la liste s’établit comme suit.

IDENTITÉS Type de vélo Pneu Chambre à air
COMPAORE Rasmata bila 26 2 2
KABORE Adama 26 2 2
KABORE Adèle 27 2 2
KABORE Aguirata 26 2 2
KABORE Djemilatou 27 2 2
KABORE W Fidèle 26 2 2
KABORE Abdul Gafarou 27 2 2
KABORE Lamoussa Marceline 26 2 2
KABORE Marina


KABORE Nassirou 27 2 2
KABORE W. Nourou VTT 1 2
KABORE Safietou 27 2 2
KABORE R. Joelle Sonia


KABORE Synthia 27 2 2
OUEDRAOGO Loubabatou 27 2 2
OUEDRAOGO Nassirou 27 2 2
OUEDRAOGO Pascaline 26 1 2
SOUDRE Alain 27 2 2

Dans les « Divers », KABORE Aguirata a rappelé qu’elle avait demandé des annales de mathématiques, et Nassirou KABORE a signalé que la calculatrice scientifique qu’il a reçue est en panne et qu’il en sollicitait une autre.

L’ordre du jour étant épuisé, la séance a été levée à 11 heures 20mn.

Réunion des filleuls le 19 novembre 2019

La rencontre mensuelle avec les filleuls initialement programmée le 10 novembre 2019 s’est finalement tenue le 11 novembre 2019 à cause d’un contre-temps.

L’ordre du jour était le suivant :

  • État des difficultés rencontrées par les filleuls ;
  • Les besoins urgents des filleuls ;
  • Divers.

Au premier point, il s’est agi de savoir si des filleuls étaient toujours confrontés à un problème d’accès aux classes après le paiement des frais scolaires et/ou manquaient de certaines fournitures pour suivre les cours. Aucune difficulté majeure n’a été soulevée .

Pour les besoins, deux types ont été posés. Il s’agit pour quelques uns d’un besoin de cours d’appui exprimé par les élèves en classe d’examen. D’autre part, la grande majorité a demandé à disposer d’une nouvelle tenue scolaire pour leur éviter la lessive quotidienne. Un artisan-tailleur a été mis à contribution pour solutionner cette question. En effet, il a pris l’engagement de trouver le tissu, de coudre et de mettre à la disposition les tenues pour les élèves qui en ont exprimé le besoin. Il accepte d’attendre le paiement des frais quand l’association disposera de fonds.

Aguirata KABORE, Tl C- Sonia Joelle W. KABORE, 3ème – Rasmata Bila COMPAORE, Tl A sont celles qui ont exprimé le souhait de bénéficier de cours de soutien. Pour la tenue scolaire, les élèves dans le besoin sont consignés dans le tableau ci-dessous.

Nom et Prénoms Besoins Nom et Prénoms Besoins
KABORE W. Nourou 01 chemise + 01 pantalon KABORE W Joelle Sonia 01 jupe + 01 chemise
KABORE Abdul Gafarou 02 pantalons OUEDRAOGO Rosalie 01 jupe + 01 chemise
KABORE W. Fdèle 01 chemise + 01 pantalon OUEDRAOGO Pascaline 01 chemise + 01 pantalon
KABORE L. Edwige 01 chemise + 01 pantalon SOUDRE Alain 01 chemise + 01 pantalon
COMPAORE Rasmata Bila 01 chemise + 01 pantalon KABORE Aguirata 01 jupe + 01 chemise
KABORE Marina 01 chemise + 01 pantalon KABORE Safieta 02 jupes

Dans les « Divers », la question de la propreté du siège de l’association a été évoquée ; en cette fin de la saison hivernale, les herbes ont repoussé après les différents nettoyages réalisés pendant les vacances. La date du Dimanche 08 Décembre 2019 a été retenue pour le nettoyage du local tenant lieu de siège de l’association, où nos rencontres mensuelles sont réalisées.

La prochaine rencontre est prévue pour le 08 Décembre 2019.